Zone
Afrique

Afrique

Depuis la IX Assemblée Générale (2014), la Congregation a été structuróe en Zones géographiques.

Congo

L’histoire de notre mission au Congo commence pour la Compagnie en 1958, à un moment politique difficile pour le pays, ce qui retarde sa réalisation.
L’indépendance du Congo belge s’est réalisée dans un environnement difficile. Il y a des craintes pour la sécurité des missionnaires et leur avenir n’est pas clair.

  • Quatre des missionnaires ont terminé leur préparation en Belgique et sont déjà à La Loma (Madrid), où elles terminent l’année 1960 en attendant patiemment d’être.Enfin, en septembre 1961, elles partent en avion pour Léo, tel qu’on appelait familièrement la capitale du pays.

    Le 26 novembre 1961, les sœurs arrivent à Intswen, dans le diocèse d’Idiofa, première mission de la Compagnie en Afrique.

    Les missionnaires commencent à travailler au dispensaire et à l’école, peu après, elles commencent, aussi, le travail social.

    LA REVOLUTION TERRASSE LE TRAVAIL RÉCEMMENT COMMENCÉ À INTSWEN, IDIOFA (1964): La presse apporte des nouvelles alarmantes au sujet d’une rébellion au Congo, et indique que notre région est l’une des plus touchées. Le 3 février arrive à Madrid la première lettre du Congo, en racontant les derniers jours de la mission et nous laisse au point le plus pénible, LE DÉPART. Nous avons pleuré et vécu leur angoisse.

    Encouragées par les connaissances et les lettres de Mgr Toussaint, il a été décidé le retour des sœurs à Léo (Kinshasa), en attendant de pouvoir revenir au diocèse d’Idiofa et entre-temps voir la possibilité d’avoir un poste de mission à Léo qui pourrait être, aussi, maison d’accueil pour les sœurs de l’intérieur et procure de missions.

    En mai 1965, bonne nouvelle, les sœurs iraient à Mwilambongo, l’une des plus grandes missions du diocèse.

    DIOCÈSE DE KINSHASA:
    · N`DOLO: Fondée en mars 1965. Maison régionale et Procure
    · LINGWALA: Elle a été fondée en 1973 et laissée en 1994.
    · KINTAMBO: Noviciat 1994.

    DIOCÈSE D’IDIOFA
    · MWILANBONGO: Fondée en 1966. Quittée en 1985.
    · KOSHIBAMDA: Fondée en 1968. Quittée en 1988.
    · MATSHI: Fondée en 1976.
    · BANGA: Fondée en 1988. Quittée en 2013.Les premières tâches de la mission seront de donner la vie, d’ouvrir des horizons, de créer de l’espoir, de guérir, d’accompagner, d’enseigner, sous l’impulsion de l’amour du Cœur de Jésus.

    De nouvelles missions arrivent … et de nouveaux lieux de mission

 

Aujourd'hui
Kinshasa: Kintambo
Maison de Formation
Kintambo II:
Maison de la Zone
Diocèse d’Idiofa
Communauté d’Idiofa: Fondée en 2016: Située dans une banlieue de la périphérie avec une paroisse en développement, où la formation intégrale est ressentie. Une présence qui éveille la foi. Après près qu’un an de présence, les sœurs ont obtenu des emplois rémunérés, bien que peu, c'est une contribution significative surtout dans ces endroits les plus nécessiteux: Ernestine au Centre de Développement du diocèse, Suzanne dans une école privée, gérée par la même église locale et Marie Claire, donnant des cours de psychologie dans une université d’Idiofa, dont, selon ce qu'elle nous a dit, laisse beaucoup à désirer en ce qui concerne son fonctionnement....
Matshi
Fondée en 1975 ,. C'était une mission sans prêtre et les sœurs assumaient tout le travail pastoral. A Noël et Pâques il y avait presque toujours un prêtre. Tous n’étaient pas chrétien, mais il y avait un petit groupe qui, peu à peu, découvre les exigences de leur foi et se demande déjà comment l'incarner dans les aspects concrets de leur vie. Certains d'entre eux ont collaboré assez dans la catéchèse et participaient avec assiduité aux célébrations liturgiques. Le travail social s’est fait dans le centre social et les visites aux villages En cette année 1980, ils ont accordé à Matshi un lycée de cycle long. Le dispensaire, construit en matériel indigène, à cause des pluies, a dû être fermé de sorte que les médicaments ne soient pas endommagés et attendre jusqu'à que la construction d’un nouveau soit finie. A collaboré à ce travail la communauté “salongo”. En 1983, un curé a été nommé. Matshi a grandi comme l’ont fait les missions de Mwilambongo, Koshimbanda et Banga. Dans nos constitutions, nous disons: "Notre vocation spécifique exige que notre présence dans un groupe humain ne dépasse pas le temps de la formation de la communauté chrétienne, pourvu qu’il y ait une garantie de continuité et autonomie..." Const. 50. Le 1er avril 2018 après une présence et travail de 43 ans, la mission de Matshi est laissée.
Communauté suivante
KIMWAKASA
Le Gouvernement Général a approuvé KIMWAKASA, dans le "Plateau de Bateke", comme nouveau lieu de présence de la Compagnie Missionnaire au Congo car il répond à notre charisme Ad-Gentes. L'année 2017-2018 sera une année de préparation pour cette nouvelle fondation.

Tchad

Au cours de la période de six ans 2002-2002, la Compagnie Missionnaire connaît un fort élan de  renouveler la mission Ad Gentes et s’installer dans les zones frontalières. La région du Congo compte 4 maisons au Congo: Kinshasa (les missions de Matshi et Banga) et M’fouati au Congo Brazzaville. Les deux pays vivent des temps très turbulents du point de vue politique.

Au Congo-Kinshasa, en 1997, les troupes de Laurent Kabila occupent progressivement le pays et supplantent le dictateur Mobutu après 34 ans de pouvoir. Laurent Kabila se proclame président, mais deux ans plus tard, il est assassiné (2001). En 1998, une rébellion a éclaté à cause de l’occupation du Congo par les pays voisins qui avaient aidé Kabila à s’emparer du pouvoir. Les accords de paix ont lieu année après année, mais sans vrais résultats.

Au Congo-Brazzaville, la guerre civile éclate en 1997 et durera plus de cinq ans. Le 28 décembre 1998, les sœurs de Mfouati ont dû quitter la mission à cause de cette guerre pour se rendre à Kinsasa où elles se sont jointes à d’autres communautés.

Il y a une proposition pour ouvrir une mission au Tchad et un processus de recherche commence.

En mai 2001, le gouvernement général a approuvé la décision d’ouvrir une maison au Tchad, la ville de Baktchoro ayant été choisie.

Les sœurs sont arrivées dans la communauté de Baktchoro (diocèse de Lai, Tchad) le 13 octobre 2001.

Les sœurs commencent à se rencontrer pour travailler à l’élaboration du projet communautaire et voir les activités qu’elles pourraient faire dans la paroisse. Elles commencent à visiter les familles pour mieux comprendre cette nouvelle réalité, difficile face à une langue inconnue, la « marba ». Il est vrai qu’avec certains qui connaissaient un peu le français, elles pouvaient commencer à se comprendre. Un effort a été fait pour apprendre leur langue.

Les activités que les sœurs ont commencées étaient: travailler avec la femme; visiter les familles périodiquement; travaille avec des jeunes, des enfants et dans l’éducation, dans un jardin d’enfants paroissial qui ne fait que commencer.

 

 

 

Elles  travaillent, aussi, avec des enfants handicapés et des jeunes ayant besoin d’une intervention chirurgicale, afin de réhabiliter leur condition physique.

Un centre de formation à la coupe et couture pour les filles handicapées a été construit.

 

 

Aujourd'hui
Baktchoro
Elles travaillent, aussi, avec des enfants handicapés et des jeunes ayant besoin d'une intervention chirurgicale, afin de réhabiliter leur condition physique. Un centre de formation à la coupe et couture pour les filles handicapées a été construit. Le jardin d'enfants est devenu une école primaire, appelée Père Tansi et, plus tard, l'école secondaire a été créée, appelée Toni et Maïté, avec sept ans de formation pour l'obtention du baccalauréat. Pendant de nombreuses années, l'école primaire et secondaire de Baktchoro a été une école de référence pour la qualité de l'enseignement et de l'organisation, grâce au travail persévérant et silencieux des sœurs. D'autres écoles du diocèse ont suivi la même méthodologie et organisation.
L'internat "Mère Pilar" a été créé par notre sœur Marie Claire dans le but de promouvoir la formation des filles, promouvoir leur éducation scolaire et retarder l'âge du mariage que dans la culture "marba" est très précoce.

Afin de renforcer les nouvelles fondations, une deuxième communauté est ouverte à Kelo (25km) le 11 octobre 2003.
• Les sœurs collaborent au projet diocésain pour aider les patients atteints du SIDA.
.

Puisque l'alcoolisme est un gros problème dans le quartier, elles commencent bientôt à rencontrer un groupe de femmes dans le but de trouver des moyens de subsistance pour leurs familles qui soit une alternative à la boisson alcoolique traditionnelle, la principale source de revenu familial. Les sœurs leur donnent l'alphabétisation, la formation humaine et la pratique; Actuellement, il y a plus de 60 membres qui sont organisés en trois groupes, travaillant sur un projet de microcrédit associé à la paroisse.
Les sœurs participent à des activités pastorales en étroite collaboration avec le Curé.