Pastorale des Jeunes

En bien des endroits du monde, les jeunes vivent dans des conditions particulièrement dures, dans lesquelles il devient difficile de se frayer un espace de choix de vie authentiques, en l’absence de marges – même minimes – d’exercice de la liberté. Pensons aux jeunes en situation de pauvreté et d’exclusion ; à ceux qui grandissent sans parents ni famille, ou encore qui n’ont pas la possibilité d’aller à l’école ; aux enfants et aux jeunes de la rue dans de nombreuses banlieues ; aux jeunes sans travail, réfugiés et migrants ; à ceux qui sont victimes de l’exploitation, de la traite d’êtres humains et de l’esclavage ; aux enfants et aux jeunes enrôlés de force dans des bandes criminelles ou dans des milices irrégulières ; aux femmes-enfants ou aux fillettes contraintes de se marier contre leur volonté. Bien trop nombreux sont ceux qui passent directement de l’enfance à l’âge adulte et à une charge de responsabilité qu’ils n’ont pas pu choisir. (Document préparatoire du Synode de Jeunes 2018).

Vers une génération (hyper)connectée Les jeunes générations sont aujourd’hui caractérisées par le rapport avec les technologies modernes de la communication et avec ce que l’on appelle communément le “ monde virtuel ”, mais qui comporte aussi des effets bien réels. Celui-ci offre des possibilités d’accès à une série d’opportunités que les générations précédentes n’avaient pas et, en même temps, il présente certains risques. Il est très important de mettre en évidence le fait que l’expérience de relations relayées technologiquement structure la conception du monde, de la réalité et des rapports interpersonnels ; c’est à cela qu’est appelée à se confronter l’action pastorale, qui a besoin de développer une culture adéquate. (document préparatoire du Synode de Jeunes 2018)

La Soeur Shobha D’Souza (en Colombie)

Elle fait partie de l'équipe pastorale vocationnelle du Vicariat de Guapi, formée par des religieux et des laïcs. Elle dit qu'ils ont un matériel de travail commun pour la formation des jeunes. Elle parle, aussi, d’une expérience positive du travail d'équipe.

Groupe de jeunes, composé de jeunes des villages.

Elle a intégré les jeunes dans les activités qu'elle accomplit: lorsqu'elle visite les cantines scolaires, les filles ont des activités avec les enfants, les accompagnent pour rendre visite aux malades et leur apporter la communion. Elle voit des changements dans la jeunesse, par exemple, assister à l'Eucharistie le dimanche.

Aider à faire les tâches aux jeunes et aux cours d'anglais.

A la fin de l’année scolaire nous avons habituellement une journée de pastorale vocationnelle avant que les filles partent en vacances. Nous avons eu 20 participantes: des filles de différents lieux des missions. Le thème principal était "l'Appel", ensemble avec le partage des "expériences de vie" des Sœurs.

En guise de préparation pour la journée, les responsables de "Snehanjali Hostel", Talita et Arpita, les dirigeantes des groupes, Puriel & Anju, se sont rencontrées le 14 mars.

La rencontre a débuté le 17 mars à 15h00, avec l'allumage de la lampe, une prière d'introduction, des chants, la lecture et la réflexion des Écritures, qui ont donné le ton à ce qui allait suivre. Ensuite, nous avons eu une dynamique «brise-glace», qui a été dirigée par deux filles du Hostel, alors, elle se sont toutes senties détendues et enthousiastes à l'idée de s'immerger dans la nouvelle aventure.

Ensuite, Toinette et Puriel, ont parlé des débuts de la Compagnie Missionnaire, c'est-à-dire, des premières sœurs, les difficultés qu'elles ont rencontrées dans le processus d'adaptation à la mission, parce qu'elles ne connaissaient pas ni la langue, ni la culture, ni les coutumes, etc. En quelque sorte, nous croyons, que ce partage a aidé les filles à comprendre, la simplicité de la vie de la Compagnie.

Les séances du matin sont terminées par des entretiens personnels avec nous trois, Toinette, Puriel et Anju. Nous avons eu l'occasion de rencontrer des filles qui partageaient avec nous et elles étaient également assurées de l'aide nécessaire, car nous restons à leur disposition.

La séance de l'après-midi a commencé par un partage de Puriel sur l'expérience de deux ans de son séjour en Espagne. Elle a parlé de son « service dans la communauté de Las Rosas, études de la spiritualité (cours), étude de l'espagnol, l'interaction avec des groupes dans la paroisse et une expérience internationale et interculturelle enrichissante."
Après cela, Anju a parlé de plusieurs expériences avec des gens de différents lieux de notre mission, où elle a vécu leur générosité, la gentillesse, l'hospitalité et l'esprit de famille, cela a créé un impact sur les filles.

Avant de terminer la journée, chacune a fait l’évaluation, afin de nous aider pour les jours à venir. Nous avons terminé avec une prière finale et une "imposition des mains" par les Sœurs.

Nous pensons que cette Journée Vocationnelle a été un moyen pour commencer un suivi des filles avec des actions concrètes.

La Rencontre des Jeunes Missionnaires est une rencontre dédiée aux jeunes dans le but de consacrer un espace et un temps de réflexion sur la dimension missionnaire dans la vie du chrétien. Réflexion qui conduit à l'engagement et, dans certains cas, à la découverte de la vocation missionnaire, comme une expérience temporaire de courte ou de longue durée.
La Rencontre missionnaire des jeunes vise à aider les jeunes, qui participent et collaborent habituellement aux activités missionnaires, à approfondir la dimension missionnaire de la foi afin que, dans une atmosphère d'écoute et de recherche dans la prière, ils découvrent la valeur et le sens de la vocation missionnaire de l'Église et ceux qui sont appelés à la mission. C'est une rencontre ouverte à tous ces jeunes qui ont des préoccupations missionnaires et qui sont attirés par le travail des missionnaires.